L’impression 3D de matériaux standard

La série vipro-HEAD de ViscoTec rend les adaptations du matériel obsolètes

Dans la fabrication industrielle, notamment dans les secteurs de l’automobile et de l’électronique, de nouveaux matériaux et procédés sont constamment utilisés. Et l’impression 3D remplace de plus en plus les méthodes de fabrication établies. Ces nouvelles conditions imposent de nouvelles exigences en matière de planification des processus, de conception des composants et des installations de production. Dans quelle mesure serait-il pratique de permettre l’impression 3D avec des matériaux standard ?

Habituellement, la procédure classique avant la production industrielle en série d’un composant ressemble à ceci :

  1. Validation des adhésifs ou des matériaux à traiter tels que les pâtes thermiques, les silicones, les pâtes amortissantes, les pâtes à souder, etc : La première étape consiste à effectuer une analyse du cahier des charges, dans laquelle il faut inclure les conditions de fabrication et le cycle de vie complet du produit. La définition des paramètres pour la sélection d’un adhésif approprié est au cœur de cette phase. Un test est utilisé pour valider l’adhésif et le joint collé.
  2. Définition du type d’application : sur la base des résultats du test, l’adhésif validé est adapté à l’application spécifique du client. Sur cette base, on décide ensuite du type d’application et de la technique de mélange qui seront utilisés.
  3. Les problèmes surviennent lorsque le matériau pré-validé ne peut pas être appliqué dans le processus entièrement automatisé comme prévu initialement par les experts techniques lors du développement du composant ou de la définition de l’application. Par conséquent, l’adhésif doit être appliqué manuellement sur les prototypes. Cela peut être réalisé pour des géométries de composants complexes et un temps de cycle extrêmement long. Dans le cadre d’une automatisation complète, cependant, d’autres paramètres tels que les temps d’arrêt, etc. jouent souvent un rôle qui ne peut être pris en compte à l’avance.
Impression 3D de silicone standard transparent (LSR) avec les têtes d'impression 3D ViscoTec - colorées avec la couleur vipro-HEAD

Impression 3D de silicone standard transparent (LSR) avec les têtes d’impression 3D ViscoTec – colorées avec la couleur vipro-HEAD

Une combinaison de deux duretés shore différentes (bleu : ShA 70, noir : ShA 30)

Une combinaison de deux duretés shore différentes (bleu : ShA 70, noir : ShA 30)

L’impression 3D de matériaux standard : Un composant 3D fabriqué dans un bain d'hydrogel

Un composant 3D fabriqué dans un bain d’hydrogel

Pour faire court, le processus prend énormément de temps. La validation d’un nouvel adhésif pour le secteur automobile peut facilement prendre jusqu’à 36 mois.

Les nouvelles méthodes de fabrication telles que l’impression 3D présentent souvent l’inconvénient de ne pas pouvoir traiter des matériaux déjà validés. Seul un matériau similaire ou « réplique » peut être imprimé – pas de matériaux standard. Même si les fabricants des matériaux affirment que les propriétés du nouveau matériau sont exactement les mêmes que celles du matériau d’origine, cela n’est pas possible. Le fait est que les lois de la physique et de la chimie s’appliquent toujours et ne laissent aucune marge de manœuvre. Ceux qui n’en tiennent pas compte vont avoir une mauvaise surprise.

C’est pourquoi, lors du développement de la série vipro-HEAD, ViscoTec a accordé une importance particulière à la possibilité de traiter des matériaux standard. Si un composant doit être imprimé à partir de silicone, le silicone original également utilisé pour le moulage par injection peut être traité à cette fin. Une modification du processus de production, par exemple dans le cas d’une pré- ou d’une post-série, ne nécessite aucune adaptation du matériel.

Dans le domaine de l’impression 3D en particulier, l’utilisation de matériaux originaux constitue un énorme bond en avant en matière de développement. Il n’est pas nécessaire d’acheter et de qualifier des filaments spécialement développés et coûteux. Le matériel original existant est simplement utilisé. Il n’y a pas de coûts supplémentaires. Il n’y a aucun risque que les matériaux se comportent d’une manière différente de celle du matériau original qui a été qualifié à grands frais.

Vous trouverez ici des informations sur les applications possibles des têtes d’impression 3D de ViscoTec.

Posted in: